Arbois la belle

L'origine de la ville d'Arbois remonte à des temps déjà reculés où il est difficile d'en préciser l’époque. On assure cependant que ses vins étaient déjà connus des Romains.

  • Jusqu'en 1260, Arbois ne fut qu’une villa, ou bourg sans défense ; elle s'entoura de remparts durant les dix années suivantes.

  • En 1674, à la suite de la conquête de la Franche-Comté par Louis XIV, Arbois cessa d'être une ville fortifiée.

  • Le 13 avril 1834, Arbois se déclare en République en soutien à la révolte des Canuts.

 

Petite ville rurale, au riche patrimoine historique, Arbois bénéficie d'atouts importants avec une activité agricole portée par la viticulture, une entreprise industrielle parmi les 10 plus importantes du département et une activité touristique basée sur le patrimoine et la gastronomie.

 

Arbois est traversée par la rivière Cuisance, et fait partie du Revermont puisqu'elle se trouve au pied du premier plateau du Jura, à la sortie de la reculée des Planches dans laquelle la Cuisance prend sa source.

Associée à Salins-les-Bains et Poligny, elle forme le « Pays du Revermont ».

Les premières pentes du plateau du Jura sont consacrées aux vignobles, et la forêt couvre le dessus du plateau et les pentes en ubac.

 

Arbois possède un paysage typique du Revermont. La plaine est plutôt occupée par une agriculture de type céréalière avec des parcelles de taille moyenne. Les bas du coteau sont principalement cultivés en prairies entourées de petites haies pour l'élevage laitier. Certaines vignes sont cultivées dans la même zone. Le reste des coteaux est occupé par de petites parcelles de vigne avec quelques prés disséminés suivant les zones. Le haut des coteaux et le plateau sont recouverts de bois.

 

Arbois bénéficie d'un climat continental caractérisé par des hivers marqués mais sans excès et des étés tempérés à chaud. Les précipitations sont relativement importantes. La présence des vignes en témoigne et les rivières de la Loue

et du Doubs sont assez éloignées pour limiter les nappes de brouillard en hiver, l'influence de la petite rivière

La Cuisance étant faible.